Tableau de trésorerie :
comment le construire ?

Pour mener à bien son suivi de trésorerie en entreprise, tenir un tableau de trésorerie à jour est une étape indispensable. C’est un outil qui permet de piloter sa gestion financière avec plus de précision et qui se construit selon une méthodologie bien précise.

Pour mener à bien son suivi de trésorerie en entreprise, tenir un tableau de trésorerie à jour est une étape indispensable. C’est un outil qui permet de piloter sa gestion financière avec plus de précision et qui se construit selon une méthodologie bien précise.

application mobile prismea

Tableau de trésorerie :
définition, utilité et enjeux

Un tableau de trésorerie, c’est le document dans lequel sont reportés tous les encaissements et tous les décaissements réalisés dans le cadre de votre activité. Un travail qui doit être effectué sur une base régulière, généralement mensuelle.

Grâce à ce tableau, il va être possible de déterminer le solde de trésorerie à un instant donné. Autrement dit, le tableau de trésorerie permet de mieux connaître la santé financière de l’entreprise. C’est un indicateur important à prendre en compte lorsqu’il faut prendre des décisions relatives au pilotage financier. Réaliser un investissement, lancer un nouveau produit, embaucher un collaborateur,... autant d’actions qui ne peuvent être menées à bien dans de bonnes conditions qu’avec une bonne visibilité sur sa trésorerie. 

Comment constituer un tableau
de trésorerie ?

La réalisation d’un tableau de trésorerie n’est pas une tâche particulièrement complexe. Mais cela demande une certaine rigueur, de la régularité et de respecter une méthode qui a été largement éprouvée. Le principe est toujours le même : on y reporte dans la même colonne (par exemple pour le mois en cours) l’ensemble des encaissements, puis l’ensemble des décaissements, et on se sert de ces données pour calculer le solde de trésorerie. 

Définir les encaissements

Première étape dans la construction du tableau de trésorerie : l’inscription de l’ensemble des encaissements. Encore faut-il connaître les opérations qui entrent dans cette catégorie. On classe généralement dans les encaissements les opérations suivantes :

  • Le chiffre d’affaires TTC
  • Les encaissements provenant de crédits à moyen ou long terme
  • Les subventions perçues
  • Les apports en capital et en compte courant d’associé.
  • Les produits financiers
  • Les éventuels remboursements d’impôts ou de taxes

Cette liste n’est pas exhaustive, et elle peut-être enrichie d’autres opérations, en fonction des spécificités de l’entreprise.

expert comptable

Récapituler les décaissements

Au rayon des décaissements, on retrouve dans le tableau toutes les dépenses effectuées par l’entreprise pour financer son activité. Cela concerne notamment : 

  • Le montant des salaires et et des charges sociales
  • Les frais généraux
  • Les achats TTC
  • Les versements correspondant aux impôts et aux taxes
  • Le montant des investissements réalisés
  • Les remboursements d’apport en compte courant d’associé
  • Les charges financières
  • Les éventuelles mensualités de prêt

Là encore, d’autres opérations, correspondant à des cas plus particuliers,  peuvent rejoindre cette liste. 

Calculer le solde de trésorerie

L’une des finalités du tableau de trésorerie, c’est de permettre le calcul du solde de trésorerie. Celui-ci correspond à la différence entre les encaissements et les décaissements. Dans un tableau de trésorerie, on débute chaque mois (sinon on travaille sur une base mensuelle) avec le solde de trésorerie du mois précédent. Une fois les encaissements ajoutés et les décaissements retranchés, on obtient le nouveau solde de trésorerie, que l’on reporte ensuite sur le mois suivant. 

A lire également : Quel est le principe du budget de trésorerie ?

Gestion de trésorerie

Livre blanc :
La gestion de
trésorerie en 2022

Après la chute brutale de l’activité provoquée par la crise sanitaire, un rebond économique vigoureux semble se dessiner. Une reprise synonyme d’opportunités pour beaucoup d’entreprises. Mais pour en profiter, une trésorerie bien gérée est nécessaire.

livre blanc gestion de trésorerie

Comment lire un tableau
de trésorerie ?

Une fois le tableau de trésorerie complété, les calculs effectués, il faut pouvoir le lire et en tirer les enseignements nécessaires. 

Trois situations sont possibles. La première, c’est d’avoir un solde de trésorerie nul ou légèrement positif. Cela signifie que l’entreprise ne vit pas au-dessus de ses moyens (en tout cas sur la période concernée) mais que sa marge de manœuvre est réduite. Pour réaliser un investissement, il faudra alors sans doute recourir à un financement extérieur, comme un emprunt auprès d’une banque. 

Deuxième cas de figure : un solde de trésorerie largement positif. C’est évidemment une situation enviable, mais cela appelle aussi une réaction de la part de l’entreprise. En effet, un solde important correspond à de l’argent inutilisé par l’entreprise. Il faut donc se poser la question de l’emploi de ces liquidités. Investissements, placements, remboursement de dettes… plusieurs scénarios sont envisageables.

Enfin, le solde de trésorerie peut se révéler négatif. Il faut alors réagir, après avoir analyser quelles étaient les causes de ce déficit.

A lire également : Affacturage, en quoi ça consiste ?

comptable

Que faire en cas de solde de trésorerie négatif ?

On distingue généralement deux cas de figure lorsque le solde de trésorerie se révèle négatif. Le premier, c’est un déficit ponctuel, lié à un décalage entre les décaissements et les encaissements, et à un besoin en fonds de roulement trop important. Le deuxième, c’est un déficit plus structurel, révélateur d’un déséquilibre plus profond.

Dans le cas où la trésorerie est momentanément dans le rouge, la situation peut-être traitée grâce à des outils comme l’autorisation de découvert, l’emprunt bancaire, l’apport en compte courant d’associé… bref, il s’agira de se donner les moyens de vivre quelques temps avec ce solde négatif, le temps que les encaissements arrivent. C’est une situation relativement courante dans la vie d’une entreprise.

En cas de déséquilibre plus structurel, en revanche, la situation est plus problématique. Il faudra alors prendre des mesures plus radicales pour faire progresser les encaissements (par exemple augmenter les prix des produits ou des services commercialisés par l’entreprise) ou alors réduire les coûts (cela passe par exemple par des négociations avec les fournisseurs pour payer moins cher les matières premières, par des optimisations de la chaîne de production, par une éventuelle diminution de la masse salariale, etc.)

Tirer les bonnes conclusions pour éviter les erreurs

Pour bien réagir en cas de solde négatif, il est donc particulièrement important de bien en analyser les causes. C’est la seule manière de mettre ensuite en œuvre les actions qui permettront de solutionner le problème. Il faut choisir judicieusement. Rien ne sert, par exemple, d’avoir recours à une autorisation de découvert ou à un emprunt pour combler un déficit structurel. Cela ne fera qu’aggraver le problème. À contrario, en cas de solde de trésorerie momentané lié à une BFR important, il n’est pas pertinent pour l’entreprise de se séparer de collaborateurs. Ces derniers seront précieux ensuite pour répondre à une demande qui existe toujours.

A lire également : Comment mettre en place un plan de trésorerie et s'y tenir ?

Modèle de tableau de trésorerie :
exemple concret

Au final, voici à quoi doit ressembler un tableau de trésorerie. On y retrouve les colonnes qui correspondent à chaque mois, les différentes opérations (encaissements et décaissements) et les soldes de trésorerie pour chacune des colonnes. Plus d'excuses pour ne plus améliorer votre gestion de trésorerie !

tableau de trésorerie

Comment établir un tableau de trésorerie ?

Construire un tableau de trésorerie est une opération plutôt simple. Dans chacune des colonnes, qui correspondent à une période donnée, on inscrit l’ensemble des encaissements et des décaissements pour ensuite calculer le solde de trésorerie à partir du solde du mois précédent. Et on reporte ensuite le nouveau solde dans la colonne suivante.

Comment faire une trésorerie sur Excel ?

Il est tout à fait possible de se contenter d’un tableur comme Excel pour tenir son tableau de trésorerie. On se servira ainsi d’une feuille de calcul pour obtenir son solde entre les différents encaissements et décaissements. 

Quand réaliser le tableau de trésorerie ?

Il est important de remplir son tableau sur une base régulière. LA plupart des entreprises choisissent une base mensuelle (chaque colonne du tableau correspond alors à un mois), mais rien n’empêche d’opter pour une autre unité de temps. 

Pourquoi faire un tableau de trésorerie ?

Le tableau est indispensable pour connaître son solde de trésorerie et pour avoir une bonne estimation de la santé financière de l’entreprise. C’est aussi un outil au service du pilotage financier de l’activité, pour prendre les bonnes décisions (investissements, embauches, lancements de produits, etc.)