Plan de trésorerie :
comment le construire ?

Établir un plan de trésorerie rigoureux et fiable, voilà un enjeu vital pour les TPE et PME (les problèmes de trésorerie mal gérée restent en effet la principale cause de défaillance de ces entreprises lors des premières années d’existence). La tâche peut paraître parfois complexe ou fastidieuse, mais avec quelques bonnes habitudes, le plan de trésorerie peut devenir un véritable atout dans la gestion financière de votre activité.

Établir un plan de trésorerie rigoureux et fiable, voilà un enjeu vital pour les TPE et PME (les problèmes de trésorerie mal gérée restent en effet la principale cause de défaillance de ces entreprises lors des premières années d’existence). La tâche peut paraître parfois complexe ou fastidieuse, mais avec quelques bonnes habitudes, le plan de trésorerie peut devenir un véritable atout dans la gestion financière de votre activité.

réaliser son plan de trésorerie

Sommaire

Plan de trésorerie :
définition et usage

Avant de maîtriser la réalisation d’un plan de trésorerie, il est important de savoir à quoi correspond exactement ce terme, et à quel est l’usage de cet outil en matière de gestion en entreprise.

Plan de trésorerie : de quoi parle-t-on ?

Appelé également prévisionnel de trésorerie, le plan de trésorerie est un tableau dans lequel on va reporter l’ensemble des encaissements et des décaissements réalisés dans le cadre de l’activité de l’entreprise. Un travail effectué sur une base régulière (généralement mensuelle).

À quoi sert un plan de trésorerie?

La vocation première du plan de trésorerie, c’est de fournir au dirigeant (et aux autres collaborateurs impliqués dans le pilotage de la trésorerie de l’entreprise) un suivi précis et fiable de la situation financière.

En fournissant le montant des liquidités disponibles, le plan de trésorerie permet de savoir si l’entreprise est en mesure de financer son cycle d’exploitation, et si elle est en capacité à honorer ses engagements.

Le plan de trésorerie permet donc de connaître la santé financière de votre activité pour le mois en cours. Mais il sert également de base pour la construction de scénarios de prévision de trésorerie qui permettent d’anticiper sur les mouvements à venir. Cette démarche est particulièrement utile pour détecter en amont d’éventuels problèmes et donc pour prendre les décisions qui permettront d’y remédier.

Comment construire
un plan de trésorerie ?

Établir votre plan de trésorerie est une tâche qui ne s’improvise pas, et qui obéit à une méthodologie particulière. Voici quelques conseils et recommandations pour bien aborder la construction de votre plan :

Quand doit-on établir un plan de trésorerie ?

Un plan de trésorerie doit être établi sur une base régulière. Les entreprises le font généralement tous les mois. À chaque fois, le principe est de reporter le solde de trésorerie du mois précédent sur le mois en cours, afin d’obtenir un nouveau solde, une fois reportés les encaissements et les décaissements. 

Utiliser une base mensuelle n’est pas une obligation. C’est néanmoins le fonctionnement adopté par la plupart des professionnels et c’est généralement celui qui convient le mieux à un suivi régulier de la santé financière de votre entreprise.

Quelles en sont les composantes ?

Dans le tableau de votre plan de trésorerie, vous devrez reporter les encaissements et les décaissements réalisés dans le mois. Voici la liste (non-exhaustive) des principaux mouvements qui entrent dans ces deux catégories. 

Les encaissements

Les encaissements correspondent aux flux entrants de votre tableau de trésorerie.

Une catégorie où l’on retrouve essentiellement votre chiffre d’affaires TTC. Toutes les factures réglées par vos clients sont ainsi reportées ici. 

Mais on y trouve également des rentrées d’argent moins fréquentes, comme : 

  • Les encaissements de crédit moyen ou long terme
  • Les subventions reçues
  • Les apports en capital et en compte courant.
  • Les produits financiers
  • Les remboursements d’impôts ou de taxes

Les décaissements

Du côté des décaissements - les flux sortants - on va retrouver les pendants des encaissements. Plutôt que le chiffre d’affaires, ce sont les factures réglées aux fournisseurs qui tomberont donc dans ces cases. Voici les principales catégories des décaissements :
Les achats TTC

  • Les salaires et charges sociales
  • Les frais généraux
  • Les impôts et taxes
  • Les investissements
  • Les remboursements d’apport en compte courant
  • Les charges financières
  • Les mensualités de prêt

A lire aussi : Prismea : logiciel de gestion de trésorerie sur mesure

Comprendre un plan de trésorerie

Lorsque vous examinez un plan de trésorerie, vous vous retrouvez devant un tableau qui est systématiquement organisé selon le même principe : 

  • Des colonnes correspondent à chaque mois de l’année
  • Les encaissements et les décaissements sont reportés dans les lignes.

En haut du tableau, on reporte toujours le solde de trésorerie du mois précédent. Et en bas de chacune des colonnes figure le solde de trésorerie du mois en cours. 

Voici un exemple de plan de trésorerie, avec les différentes catégories :

plan de tresorerie

Comment réagir en cas de solde
de trésorerie négatif ?

Le plan de trésorerie permet donc de détecter rapidement un solde de trésorerie qui menace de devenir négatif. Et donc de réagir face à cette situation. 

Avant toute chose, vous devez déterminer si votre solde négatif résulte d’une situation particulière et ponctuelle, ou s’il est provoqué par un déséquilibre dans le modèle économique de votre activité.

Dans la première situation, il est relativement simple de trouver une solution. Vous pouvez avoir recours aux scénarios suivants :  

  • Obtenir un financement auprès d’un partenaire bancaire. C’est souvent la méthode de prédilection des dirigeants, mais vous devrez convaincre votre banquier que votre situation reste saine. 
  • Négocier un découvert, toujours avec votre banquier, le temps que votre solde de trésorerie revienne dans le vert. 
  • Dialoguer avec les fournisseurs de l’entreprise pour tenter d’obtenir des délais de paiement plus longs. 
  • Avoir recours à un apport en compte courant d’associé (un des associés de la société va accorder une avance de fonds qui devra être remboursée lorsque le solde de trésorerie sera de nouveau positive). 
  • Utiliser une solution d’affacturage. Cela consiste à céder à un tiers des factures encore non réglées par vos clients en échange de cash. Votre partenaire se chargera alors de procéder lui-même au recouvrement. Pour votre entreprise, l’avantage est d’avoir accès rapidement à des liquidités, sans attendre les paiements de vos clients. 

Le cas de figure ou vos problèmes de trésorerie proviennent d’un décalage plus structurel entre vos décaissements et vos encaissements est évidemment plus difficile à résoudre. 

C’est une situation où la survie de l’entreprise est clairement menacée. S’il n’est pas possible à court terme d’augmenter le chiffre d’affaires, il va falloir réduire les coûts. Cela peut passer par une réduction de la masse salariale, par une négociation avec les fournisseurs pour essayer de faire baisser leurs prix, ou par tout autre moyen qui permettrait de réduire le coût de votre activité.

En résumé, le plan de trésorerie est donc un outil au service du pilotage financier de votre entreprise. Sans lui, vous ne pouvez pas savoir si votre activité est viable et rentable. Il est donc nécessaire d’alimenter ce tableau avec des données fiables, sur une base très régulière.

A lire également :

Gestion de trésorerie

Livre blanc : gestion de trésorerie en 2022

Après la chute brutale de l’activité provoquée par la crise sanitaire, un rebond économique vigoureux semble se dessiner. Une reprise synonyme d’opportunités pour beaucoup d’entreprises. Mais pour en profiter, une trésorerie bien gérée est nécessaire.

Comment réussir ses
prévisions de trésorerie ?

Si votre plan de trésorerie prévisionnel vous sera seulement réclamé lors d’une demande de financement ou de subvention, pour faciliter votre cash management, il est indispensable de le tenir à jour au quotidien.

Bien entendu, il n’est pas figé, vous devez l’alimenter dès que vous avez connaissance d’un nouvel élément : charge imprévue, rentrée de CA complémentaire, délai client rallongé.

Notamment lors de la création, une mauvaise estimation de votre fonds de roulement peut être fatale à votre activité. En effet, outre le fait que cela donnera une image de vous peu sérieuse, il sera compliqué de demander une rallonge de financement à votre banquier en cours d’année, sans avoir un premier ou un nouveau bilan.

Votre bilan de trésorerie doit être le plus équilibré possible. Estimer ses flux de trésorerie au plus juste permet d’anticiper les fluctuations liées à votre cycle d’exploitation. Vous aurez alors la possibilité, en cas de besoin, de mettre en place en amont des solutions de financement : OCC, crédit court terme, affacturage, dailly ou ligne d’escompte.

Vous l’aurez compris, le plan de trésorerie est un allié incontournable pour votre gestion de trésorerie. Il vous permet d’anticiper plus sereinement les aléas liés à la vie de l’entreprise !

A lire également :

Quels sont les objectifs d'un plan de trésorerie ?

Le principal objectif d’un plan de trésorerie est de connaître le montant du solde de trésorerie disponible. Au-delà, c’est un outil qui doit vous permettre de piloter votre stratégie financière, en vous donnant les moyens, par exemple, d’estimer votre capacité à réaliser des investissements ou vos besoins pour financer votre cycle d’exploitation.

Comment faire un plan de trésorerie ?

La méthode est relativement simple. Un plan de trésorerie part chaque mois du solde de trésorerie issu du mois précédent. On ajoute ensuite les encaissements, on retranche les décaissements, et on obtient le nouveau solde que l’on reportera sur le mois suivant. L’enjeu est d’être rigoureux dans le suivi des différents types d’encaissements et de décaissements.

Comment générer de la trésorerie ?

Pour une entreprise, la trésorerie positive provient essentiellement du chiffre d’affaires, et donc des factures réglées par vos clients. Il existe d’autres sources de revenus, comme les subventions ou les remboursements d’impôts, mais elles restent marginales. Enfin, les prêts bancaires ou les apports en compte courant peuvent favoriser une trésorerie positive, mais ils doivent ensuite être remboursés.

Qu'est-ce que le compte de résultat différentiel ?

Le compte de résultat différentiel est un état financier qui permet de suivre le niveau des charges fixes et variables. Il est indispensable pour une bonne gestion financière. Il vous facilitera votre prise de décision. Par exemple, le choix de l’affacturage qui peut s’imposer pour diminuer le besoin en fonds de roulement et améliorer la gestion de trésorerie de l’entreprise. Par ailleurs, il vous permettra d'anticiper les risques opérationnels pouvant être causé par un déséquilibre entre les coûts fixes et variables.