Comment réussir son
plan de trésorerie ?

Pour une étude de financement, votre banquier vous réclame un plan de trésorerie ? Vous en avez parlé avec votre comptable mais le concept reste flou. Pas de panique, nous allons vous aider à y voir plus clair !

Pour une étude de financement, votre banquier vous réclame un plan de trésorerie ? Vous en avez parlé avec votre comptable mais le concept reste flou. Pas de panique, nous allons vous aider à y voir plus clair !

Sommaire

Plan de trésorerie : un indispensable pour sa gestion financière

Le plan de trésorerie est un outil qui permet d’estimer votre trésorerie nette mensuelle, puis annuelle, en identifiant et chiffrant tous les encaissements et décaissements à venir. C’est un outil indispensable dans votre activité au quotidien, que vous soyez en phase de création ou de développement. La gestion de trésorerie est un peu le nerf de la guerre. Son niveau est cyclique en fonction de votre activité. Vous en avez besoin pour vous acquitter de vos charges. Une mauvaise appréciation de son niveau peut mettre votre entreprise en péril.

Identifier et anticiper les futurs encaissements

La première étape dans la construction de votre plan de trésorerie sera d’identifier tous vos encaissements à venir. À court, moyen et long terme : plus la visibilité est importante, mieux c’est. Quelles sont les rentrées d’argent ?

Votre chiffre d’affaires TTC

Attention, il ne doit pas être renseigné lors de la facturation mais au moment où vous l’encaisserez réellement, en fonction de votre délai client.

Des particuliers vous règleront en espèces, carte bancaire, tickets restaurant ou chèque, éventuellement par virement. Des professionnels pourront en plus utiliser des traites ou billet à ordre. En phase de création, sans recul sur votre activité, vous devrez estimer un nombre journalier de clients ainsi que leur panier moyen. Pour une activité existante, vous partirez sur le réel, en tenant compte éventuellement d’une progression en fonction d’une augmentation de vos prix ou du gain d’un nouveau marché. Vous pourrez également anticiper une baisse de CA dans le cadre d’une fermeture exceptionnelle prévue, ou d’un futur aléa impactant (travaux dans votre rue).

Un CA prévisionnel doit être le plus réaliste possible, ni trop optimiste, ni trop pessimiste.

flux de trésorerie

Les autres encaissements

Vous pouvez recevoir des crédits d’impôt (TVA si vous y êtes assujettis), le remboursement d’un trop perçu de charges, un prêt bancaire, des subventions (État, Région, Département ou même certaines associations). Vous avez vous-même la possibilité de prêter de l’argent à votre société dans le cadre d’un apport en compte courant. N’oubliez pas d’enregistrer les acomptes versés par vos clients à la commande.

Identifier les futurs décaissements

Vous aurez très probablement des imprévus, mais il est important de budgétiser les prochaines sorties d’argent au plus juste. Combien et surtout quand ?

Les charges courantes fixes

Votre loyer professionnel et les charges afférentes, vos échéances de prêts, votre comptable, vos abonnements (téléphone, Internet, alarme), vos assurances, sont autant de frais assez simples à comptabiliser car ils sont à peu près fixes.

Les charges variables

Pour une activité pro, en fonction de la taille de votre entreprise, la masse salariale pèse lourdement sur votre budget de trésorerie. C’est une charge dont le paiement ne peut être différé. Le plus souvent fixes, les salaires peuvent varier en fonction de primes, augmentations, heures supplémentaires, ou absences. Les charges sociales et patronales qui en découlent évoluent proportionnellement.

Il en est de même pour les frais bancaires. Vous avez probablement une tarification mensuelle fixe, à laquelle peuvent se greffer des frais liés à des opérations exceptionnelles (virement, change, remise d’effet, frais de dossier ou agios). Pensez à les anticiper !

Que vous régliez vos fournisseurs au comptant ou dans un délai de 30 jours, le montant de vos achats changera normalement en fonction de votre CA (ce qui signifie que le montant budgétisé doit être proportionnel à celui prévu pour votre CA). Pour les entrepreneurs du bâtiment, attention à l’acompte perçu en avance de chantier, il doit servir à régler l’achat des matières premières liées à ce chantier et non pas les factures au retard.

Toujours en fonction de votre activité, n’oubliez pas le budget communication : site internet, salon, flyer, annuaire...

logo crédit du nord

Prismea est une filiale du Groupe Crédit du Nord

Le Crédit du Nord est l’une des principales banques françaises. La trésorerie de votre entreprise est en lieu sûr.

illustration

Réussissez vos prévisions

Si votre plan de trésorerie prévisionnel vous sera seulement réclamé lors d’une demande de financement ou de subvention, pour faciliter votre gestion financière, il est indispensable de le tenir à jour au quotidien.

Bien entendu, il n’est pas figé, vous devez l’alimenter dès que vous avez connaissance d’un nouvel élément : charge imprévue, rentrée de CA complémentaire, délai client rallongé.

Notamment lors de la création, une mauvaise estimation de votre fonds de roulement peut être fatale à votre activité. En effet, outre le fait que cela donnera une image de vous peu sérieuse, il sera compliqué de demander une rallonge de financement à votre banquier en cours d’année, sans avoir un premier ou un nouveau bilan.

Votre bilan de trésorerie doit être le plus équilibré possible. Estimer ses flux de trésorerie au plus juste permet d’anticiper les fluctuations liées à votre cycle d’exploitation. Vous aurez alors la possibilité, en cas de besoin, de mettre en place en amont des solutions de financement : OCC, crédit court terme, affacturage, dailly ou ligne d’escompte.

Vous l’aurez compris, le plan de trésorerie est un allié incontournable pour votre gestion de trésorerie. Il vous permet d’anticiper plus sereinement les aléas liés à la vie de l’entreprise !