Affacturage :
en quoi ça consiste ?

Parmi les solutions qui se présentent à une entreprise qui souhaite renflouer rapidement sa trésorerie, l’affacturage (factoring en Anglais) est l’une des plus efficaces. Elle permet de valoriser rapidement le poste client, sans accroître l’endettement. Mais elle a néanmoins un coût, comme nous allons le voir dans cet article.

Parmi les solutions qui se présentent à une entreprise qui souhaite renflouer rapidement sa trésorerie, l’affacturage (factoring en Anglais) est l’une des plus efficaces. Elle permet de valoriser rapidement le poste client, sans accroître l’endettement. Mais elle a néanmoins un coût, comme nous allons le voir dans cet article.

expert en financement

Définition de l'affacturage

Parmi les solutions qui se présentent à une entreprise qui souhaite renflouer rapidement sa trésorerie, l’affacturage (factoring en Anglais) est l’une des plus efficaces. Elle permet de valoriser rapidement le poste client, sans accroître l’endettement. Mais elle a néanmoins un coût, comme nous allons le voir dans cet article.

Quand utiliser
l'affacturage pour son activité?

L’affacturage est une solution séduisante à bien des égards. Néanmoins, elle doit être activée dans des situations spécifiques.

Un outil au service de votre gestion de la trésorerie

La valorisation du poste client grâce à l’affacturage est un dispositif qui permet à une entreprise de répondre rapidement à un besoin ponctuel de trésorerie. Ce n’est cependant pas une solution viable pour financer l’activité de manière régulière. En cas de déséquilibre structurel de votre trésorerie, il faudra trouver d’autres solutions. L’affacturage permet d’accéder à des liquidités lorsque la trésorerie nette de l’entreprise menace de devenir négative, alors que des ventes ont été réalisées, mais n’ont pas encore été payées. Cela peut être une réponse adaptée à un retard de paiement de la part d’un client, par exemple. C’est aussi un scénario à étudier pour une jeune entreprise qui n’a pas forcément accès au financement bancaire. 

gestion de la trésorerie

Une réponse à un BFR positif

L’affacturage représente souvent un bon moyen d’action lorsqu’une entreprise fait face à un besoin en fonds de roulement positif. Pour éviter de se retrouver en difficulté, elle peut alors se tourner vers ce type de financement sans attendre de voir ses factures honorées par ses clients. 

A lire également : Comment calculer et interpréter vos flux de trésorerie ?

Comment fonctionne
l’affacturage ?

Le fonctionnement de l’affacturage est relativement simple. Il s’agit d’un circuit financier à mettre en place entre l’entreprise, ses clients et un tiers. 

Le principe général de l’affacturage

La valorisation du poste client grâce à l’affacturage consiste, pour une entreprise, à céder à un tiers (généralement une banque ou une société de financement spécialisée, également appelée un “factor”) ses créances clients en échange de cash. C’est ensuite le tiers qui se chargera de recouvrer ces créances auprès des clients.

systeme affacturage

La mise en pratique

Prenons le cas d’une entreprise qui a réalisé pour 50 000 euros de ventes auprès de ses clients et qui souhaite pouvoir disposer de cet argent sans attendre. Elle va se tourner vers un tiers qui va alors examiner son dossier (le “factor” va notamment estimer le risque qui pèse sur le poste client).

Un contrat est ensuite signé entre l’entreprise créancière et le tiers, avant que les factures ne soient remises à ce dernier. Le “factor” peut choisir les factures et les clients qu’il souhaite se voir transférer.

Le tiers va ensuite régler à l’entreprise le montant des factures transférées, soit 50 000 euros, moins une commission et certains frais qui peuvent représenter jusqu’à 3 % du montant des factures. 

Le factor va ensuite se tourner vers les clients pour recouvrer les créances à la place de l’entreprise. 

A lire également : Budget de trésorerie, comment le mettre en place ?

Livre blanc :
La gestion de
trésorerie en 2022

Dans un contexte économique instable, les entreprises ont plus que jamais besoin de s'appuyer sur une gestion de trésorerie solide. Une démarche indispensable pour profiter des opportunités qui peuvent se présenter et pour envisager l'avenir avec sérénité.

Les avantages et les inconvénients
de l'affacturage

Pour l’entreprise, l’affacturage (factoring) présente plusieurs avantages. C’est une solution de financement sécurisée et relativement rapide. Elle permet en outre de déléguer au tiers la gestion du poste client et de ne plus se préoccuper du recouvrement des créances. 

Elle n’est cependant pas sans inconvénient. Elle a tout d’abord un coût, puisqu’il faut retrancher au montant des créances cédées une commission qui va permettre au tiers de se rémunérer, ainsi que des frais (qui correspondent notamment à la contribution d’un fonds de garantie qui va couvrir les impayés, dans le cas où le débiteur entrerait dans une procédure collective). Ensuite, les factors n'acceptent généralement un dossier d’affacturage qu’à partir d’un certain montant. Ils peuvent également être assez stricts sur les critères de sélection des factures.

chef entreprise

L’affacturage, malgré certaines limites, reste donc une solution plutôt accessible pour les entreprises confrontées à un besoin en trésorerie. Elle a un coût, mais celui-ci reste assez modéré. Et il est compensé par la sécurité apportée par ce dispositif.

Et l’affacturage inversé,
qu’est-ce que c’est ?

Également nommé “reverse factoring”, l’affacturage inversé fonctionne sur le même principe que l’affacturage classique. Mais cette fois, cette fois, au lieu de céder ses créances clients à un tiers, l’entreprise va lui demander de régler ses fournisseurs. 

Cela lui permet de ne pas puiser dans sa trésorerie et d’attendre d’avoir été payée par ses clients pour rembourser le factor. Comme l’affacturage classique, le reverse factoring permet donc de préserver les finances d’une entreprise confrontée à un décalage entre ses sorties et ses rentrées d’argent.

L’affacturage inversé permet à l’entreprise de respecter les délais de paiement imposés pour le règlement de ses fournisseurs. C’est un dispositif qui reste peu utilisé par les TPE ou les PME. Le reverse factoring est en effet aujourd’hui essentiellement utilisé par de grands groupes ou des centrales d’achats. Il est assez courant dans la grande distribution, par exemple.

A lire également : Plan de trésorerie, comment le construire ?