Calcul de l’EBE : définition, indicateurs et analyse

Déterminer son excédent brut d’exploitation (EBE) fait partie des passages obligés dans la construction du tableau financier d’une entreprise. C’est un indicateur qui aide à mieux en percevoir la santé financière, et qui permet au dirigeant de piloter son activité avec les bonnes cartes en main. 

Déterminer son excédent brut d’exploitation (EBE) fait partie des passages obligés dans la construction du tableau financier d’une entreprise. C’est un indicateur qui aide à mieux en percevoir la santé financière, et qui permet au dirigeant de piloter son activité avec les bonnes cartes en main. 

calcul ebe gestion tresorerie

Qu’est-ce que
l’excédent brut d’exploitation ? 

L’EBE est un indicateur financier qui correspond à la richesse dégagée par l’entreprise lors de son cycle d’exploitation. Il est généralement calculé au moment de la clôture des comptes, une fois par an. Rien n’empêche cependant de le suivre sur une base beaucoup plus régulière.

À quoi sert l’EBE pour
une entreprise ?

L’EBE fait partie des soldes intermédiaires de gestion. À ce titre, c’est l’un des indicateurs qui sert à construire un tableau financier et d’évaluer la rentabilité réelle de l’entreprise. Il peut aussi représenter un grand intérêt pour des interlocuteurs extérieurs à l’entreprise. Si vous vous rapprochez d’une banque pour obtenir un financement, votre excédent brut d’exploitation sera ainsi examiné de près par votre partenaire banquier. De même, un éventuel repreneur de votre entreprise va sans doute y accorder une attention toute particulière lors de son diagnostic.

Livre blanc : la gestion de trésorerie en 2022

Après la chute brutale de l’activité provoquée par la crise sanitaire, un rebond économique vigoureux semble se dessiner. Une reprise synonyme d’opportunités pour beaucoup d’entreprises. Mais pour en profiter, une trésorerie bien gérée est nécessaire.

Quels indicateurs entrent en compte
dans le calcul de l’EBE ?

Pour obtenir l’EBE, on part du chiffre d’affaires de l’entreprise, auquel on va retrancher un certain nombre de postes de dépenses : 

  • Les achats de marchandises, matières premières et services extérieurs
  • Les charges de personnel
  • Les charges externes
  • Les impôts et taxes

Si on retranche encore à l’EBE les remboursements de crédit et les amortissements, on obtient le résultat d’exploitation.

Pour le calcul de l’EBE, un dirigeant peut s’appuyer sur un responsable comptable en interne. Ou il peut aussi faire appel à un expert-comptable à l'extérieur.

A lire aussi : Comment construire un compte de résultat différentiel ?

Comment analyser son EBE ?

Une fois l’excédent brut d’exploitation calculé, faut-il encore l'interpréter. Comment procéder ? Il y a deux cas de figure, qui appellent chacun à des actions spécifiques.

L’EBE de votre entreprise est négatif : C’est évidemment une situation à éviter, puisque cela signifie que votre chiffre d’affaires n’arrive pas à couvrir vos charges. Dans ce cas de figure, l’EBE agit comme un signal d’alerte qui doit vous conduire à réagir. Il existe plusieurs scénarios possibles pour sortir de cette situation : augmenter les prix de vente, réduire les coûts de production (en supprimant certaines dépenses inutiles, en remettant en cause des recrutements qui ne correspondent pas à la réalité de l’activité, en négociant des tarifs plus attractifs avec ses fournisseurs, etc.)

L’EBE est positif : Bonne nouvelle, votre entreprise est rentable. Cela signifie aussi que vous ne rencontrerez pas de difficultés majeures pour obtenir un financement auprès d’un établissement bancaire (puisque vous êtes en capacité de rembourser un prêt). Si votre objectif est de céder votre entreprise à court ou moyen terme, vous trouverez également plus facilement un repreneur.

L’excédent brut d’exploitation est donc une donnée qu’il est important de connaître et de surveiller. En tant que solde intermédiaire, elle ne suffit pas, cependant, pour garantir la santé financière de l’entreprise. D’autres indicateurs doivent également être pris en compte dans le cadre d’une bonne gestion de trésorerie. 

A lire aussi : Calcul BFR : quelle est la formule ?