Voir tous les articles

Diminution des aides de l'État aux entreprises : quel calendrier ?

Le 6/25/2021 par Pierre Guerry

Le Blog Prismea Infos pratiques Diminution des aides de l'État aux entreprises : quel calendrier ?

Les entreprises qui ont bénéficié des aides de l'État lors de la crise sanitaire doivent se préparer à leur disparition progressive. Pour bien franchir cette étape importante, il est nécessaire d’anticiper et de s’appuyer sur les bons outils pour piloter sa trésorerie.

Pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie, l'État a mis en œuvre, depuis plus d’un an, des aides massives aux entreprises les plus touchées. C’est le fameux “quoi qu’il en coûte” formulé par le Président de la République. La situation sanitaire étant en voie d’amélioration, ces dispositifs ont vocation à être progressivement levés. 

Quelles sont les aides concernées ?

L'État a mis en place depuis mars 2020 plusieurs dispositifs de soutien aux entreprises touchées par les conséquences des mesures sanitaires. Certains d’entre-eux ont été renforcés par la suite.

L’activité partielle : c’est la prise en charge par l'Etat de l'indemnité de chômage partiel versée aux salariés des entreprises confrontées à une forte baisse d’activité en raison de la crise sanitaire. 

Le fonds de solidarité : c’est le fonds qui permet de verser chaque mois aux entreprises une indemnité destinée à compenser en partie une forte baisse du chiffre d’affaires. 

Le prêt garanti par l'État (PGE) : C’est un dispositif permettant aux entreprises d’avoir accès à un financement, principalement destiné à renforcer leur trésorerie pour surmonter les difficultés engendrées par la crise. Contrairement aux indemnités du fonds de solidarité, par exemple, les PGE devront être remboursés. 

Quand ces aides vont-elles disparaître ?

L'activité partielle : les possibilités d’y avoir recours ont déjà été réduites en juin. Seules les entreprises les plus affectées par la crise peuvent toujours en profiter. Si l’État prenait jusque-là l’activité partielle entièrement à sa charge, l’allocation versée aux entreprises va baisser à partir de juillet. 

Et elle continuera de diminuer en août, puis en septembre (où elle ne représentera plus que 36 % de la rémunération brute des salariés), sauf dans les entreprises toujours concernées par une fermeture administrative.

Le fonds de solidarité : depuis le début du mois de juin, il a été adapté. Jusqu’en août, il continuera à bénéficier aux entreprises qui restent fermées administrativement (à hauteur de 20 % du chiffre d’affaires, dans la limite de 200 000 euros par mois). Les entreprises de certains secteurs (notamment dans le tourisme) se verront également partiellement indemnisées. Néanmoins, cette aide financière va progressivement baisser en juillet, puis en août.

Le PGE : Il est maintenu jusqu’à la fin de l’année. Bercy précise qu'il “restera ouvert aux entreprises qui ont déjà bénéficié d’une première tranche de PGE ou aux entreprises qui n’ont pas encore fait de demande de crédit”. Un délai d’une année supplémentaire avait déjà été accordé aux entreprises pour le début du remboursement des PGE.

Comment s’y préparer ?

Pour aborder au mieux cette phase de transition, l’essentiel est d’anticiper, de s’informer (en contactant les services de l’État, les chambres consulaires, ou encore en appelant le numéro mis en place pour les entreprises les plus en difficulté : 0806 000 245). Les dirigeants peuvent aussi se rapprocher de leurs conseils habituels.

L’important est aussi d’avoir une vision claire de sa trésorerie. L’application mobile Prismea offre justement un accès à un aperçu en temps réel de votre trésorerie. Elle permet d'identifier rapidement les difficultés qui pourraient survenir.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux