Voir tous les articles
homme sur son ordinateur

Comment bien surveiller ses délais de paiement ?

portrait homme
Le 12/24/2021 par Pierre Guerry
Le Blog Prismea Infos pratiques Comment bien surveiller ses délais de paiement ?

En entreprise, la bonne gestion des délais de paiement fait parfois la différence entre une trésorerie saine et une situation problématique. Maîtriser l’intervalle de temps entre la vente et le paiement est fondamental. Un écart trop long peut en effet entraîner une hausse du besoin en fonds de roulement (BFR). Voici quelques conseils pour ne pas vous laisser déborder.

Bien connaître ses droits

Depuis l’entrée en vigueur de la loi de modernisation de l’économie, les délais de paiements entre un fournisseur ou un prestataire et son client ne peuvent plus excéder soixante jours nets (à compter de la date d’émission de la facture) ou 45 jours fin de mois (de manière dérogatoire, sous réserve d’accord entre les partis et d’inscription de cet accord dans le contrat). Des délais encore plus brefs sont prévus par la loi pour certains secteurs, comme l’agroalimentaire. Les manquements à ces règles sont sanctionnés par des amendes – parfois lourdes – et par le versement de pénalités.

Pour s’assurer du respect des règles en la matière, les services de l’État (la DGCCRF et la DIRECCTE) procèdent régulièrement à des contrôles. Une tâche que leurs agents ne prennent pas à la légère, en raison des risques que les retards de paiement font planer sur les petites entreprises. Selon Bercy, une défaillance sur quatre est liée à ce problème qui représente “un risque économique majeur”. 

Rester attentif à ses délais de paiement

Pour une entreprise, la question des délais de paiement ne peut pas être laissée sans surveillance. Le dirigeant (ou l’un des ses collaborateurs, comme le directeur administratif et financier) doit donc garder un œil sur la trésorerie et sur les transactions effectuées, pour s’assurer que les règlements arrivent en temps et en heure et que les décaissements ne fassent pas exploser le BFR. C’est là qu’un outil comme le compte professionnel en ligne de Prismea a toute son utilité, en permettant par exemple d’avoir une vision globale des finances de l’entreprise grâce à l’agrégation de comptes. Ou en affichant en temps réel les opérations réalisées. 

L’enjeu est de pouvoir connaître le taux exact de factures qui n’ont pas été réglées. Et de s’efforcer de rester sous un certain seuil (généralement fixé entre 5 et 7 %). 

Savoir à qui s’adresser

Que faire en cas de non-respect des délais de paiement par une entreprise cliente ? Les entreprises qui s’estiment victimes de retards de paiement peuvent elles-mêmes effectuer un signalement auprès de la DGCCRF. Mais pour contraindre un client à payer, si la diplomatie, les relances traditionnelles, voire l’injonction de payer, n’ont rien donné, il faudra porter le dossier devant un juge au tribunal de commerce. Il est évidemment préférable d’ouvrir le dialogue entre les parties avant d’en arriver là ! Par exemple en contactant directement le client concerné. 

Nos conseils pour réduire vos délais de paiement

Vous souhaitez réduire au maximum vos délais de paiement ? Il existe quelques bonnes pratiques à mettre en œuvre. Par exemple :

  • Veillez à émettre vos factures dans les temps. Une facture reçue plus tardivement que prévu n’incitera pas vos clients à faire preuve de diligence pour le paiement.
  • Automatisez les paiements qui peuvent l’être.
  • Tournez-vous vers des dispositifs spécifiques, comme le paiement fournisseurs anticipé, un système d’affacturage inversé qui peut vous permettre d’être payé plus rapidement, via un organisme financier tiers. C’est aussi une protection contre le risque d’impayés.
  • Réclamer des pénalités de retard. Une démarche à mettre en application avec discernement et dans le respect de la réglementation, mais qui peut se révéler efficace.
  • Restez à l’écoute de vos clients et facilitez-leur la tâche. Cela passe notamment par la mise en place de moyens modernes et simples d’utilisation (comme le paiement en ligne par carte bancaire, le prélèvement automatique, etc.) pour le règlement.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux