Voir tous les articles

Moyens de paiement : le déclin des paiements en espèces

Le 9/23/2021 par Pierre Guerry

Le Blog Prismea Actualités Le déclin des paiements en espèces

Les paiements en espèces et l’utilisation de l’argent liquide ont sensiblement diminué en France en 2020. Une tendance de fond, que la crise sanitaire a encore accentuée, et qui ne devrait que s’accélerer à l’avenir.

La Banque de France publie chaque année des données sur le nombre de distributeurs automatiques de billets installés sur le territoire national. Des implantations qui diminuent régulièrement depuis 2015. Et depuis deux ans, cette tendance s’accélère. En 2019, le nombre de DAB a ainsi diminué de 4,1 %, alors que la baisse était limitée à moins de 2 % les années précédentes. Le mouvement s’est poursuivi en 2020, avec 1600 suppressions supplémentaires d’automates.

Les paiements en espèces : toujours là, mais...

Si la suppression de nombreux DAB relève parfois d’une simple optimisation du réseau, qui ne bouleverse guère le quotidien des Français, cette évolution n’en reflète pas moins le changement des habitudes des Français.

L’argent liquide est de moins en moins utilisée

La tendance est là : sous l’effet de l’apparition de nouveaux usages et de nouveaux moyens de paiement, les Français ont de moins en moins recours à l’argent liquide. En 2019, une étude de la Banque centrale européenne montrait que ce type de paiements ne représentait plus que 25 % de la valeur totale des paiements en France (mais 60 % en volume). Une évolution dont les entreprises doivent tenir compte.

Peut-on encore payer en espèces ?

Si leur déclin est réel, les paiements en liquide sont encore utilisés, y compris par les professionnels. Ces derniers peuvent même être sanctionnés en cas de refus. Mais l’utilisation du liquide pour le paiement à un pro reste très encadrée. De tels paiements sont plafonnés à 1000 euros depuis 2015. Une limite qui connaît parfois quelques exceptions. Certaines transactions réalisées auprès d’un notaire (et accompagnées d’un acte authentique) peuvent ainsi aller jusqu’à 3000 euros.

Quelles sont les alternatives aux paiements en espèces ?

Même dans un pays comme la France où les paiements en espèces ont toujours fait de la résistance, des moyens plus modernes s’imposent peu à peu. 

Les paiements par carte montent en puissance

Conséquence logique du déclin des paiements en espèces : les paiements par carte sont de plus en plus utilisés. 80 % des Français la privilégie aux autres moyens de paiement. La généralisation du paiement sans contact pendant la crise sanitaire a bien évidemment renforcé cette tendance. Dans notre pays, le nombre de transactions réalisées chaque année par carte approche des 15 milliards. Les cartes n’ont par ailleurs pas souffert de l’arrivée de solutions tierces proposées par les Gafa, puisque ces systèmes ont besoin de s’appuyer sur une carte de paiement traditionnelle. Les cartes ont par ailleurs bénéficié des mesures prises lors de la crise sanitaire pour faciliter les paiements sans contact (comme le relèvement du plafond à 50 euros). De nouveaux services simplifient par ailleurs la gestion des cartes de paiement pour les entreprises. Le compte pro Prismea permet ainsi de créer très facilement, depuis l’application mobile ou depuis un ordinateur, des cartes physiques ou virtuelles supplémentaires pouvant être utilisées par les collaborateurs, pour gérer leurs frais ou le budget d’un projet, par exemple. 

Les paiements par chèque : quels inconvénients ?

Si les paiements par carte profitent du déclin de l’utilisation des espèces, ce n’est pas le cas des paiements par chèque. L’utilisation du chéquier continue de diminuer sensiblement, ce qui est assez logique au vu des inconvénients que pose aujourd’hui ce moyen de paiement. Lenteur de l’encaissement, exposition à la fraude, manque de souplesse… Le chèque n’a plus la côte, même en France où il a longtemps fait de la résistance (dans beaucoup de pays européens, il est en voie de disparition).

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux